La fondation

Des molécules dipolaires pour améliorer une interface

Une collaboration entre physiciens de l’Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (CNRS / Université de Strasbourg) et chimistes de l’institut de chimie de Strasbourg (CNRS / Université de Strasbourg) a permis de mettre en évidence l’utilité d’une nouvelle classe de molécules pour optimiser les dispositifs d’électronique organique.

Des progrès pour des monomères sous contrôle

Dans la revue Science, une équipe de l’Institut Charles Sadron (CNRS), menée par Jean-François Lutz, décrit les récents progrès obtenus pour préparer des polymères synthétiques possédant des séquences ordonnées de monomères.

Chaînes moléculaires hypersensibles aux champs magnétiques

Les chercheurs de l’ISIS, Université de Strasbourg et CNRS, en collaboration avec des chercheurs de MESA+, Université de Twente, et l’Université Technique d’Eindhoven, sont les premiers à avoir réussi à créer des fils moléculaires parfaitement unidimensionnels dont la conductivité électrique peut être presqu’entièrement supprimée par un faible champ magnétique à température ambiante.

Paolo Samori, Médaille d’Argent du CNRS

Le 25 octobre 2012, Paolo Samorì, membre de notre réseau, a reçu la Médaille d’Argent du CNRS, qui distingue un chercheur pour l’originalité, la qualité et l’importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international.

Un assemblage de nano-machines pour mimer le muscle

Pour la première fois, un assemblage de milliers de nano-machines capables de produire un mouvement de contraction coordonné s’étendant jusqu’à une dizaine de micromètres, à l’instar des mouvements des fibres musculaires, a été réalisé par une équipe de l’Institut Charles Sadron du CNRS.

5000 citations pour la technique couche-par-couche

Appartenant au top 10 des publications les plus citées en chimie ces dix dernières années, cet article a dévoilé au monde une technique, aussi simple qu’efficace, d’assemblage couche par couche ou LbL (en anglais layer-by-layer) de revêtements de taille nanométrique, permettant de réaliser de véritables millefeuilles moléculaires. Cet exploit, témoignage de l’évolution de la technologie et du nombre de ces applications jusqu’à aujourd’hui, est loin de stopper l’aventure de l’assemblage couche-par-couche.