Joseph Moran

Diplômé de chimie à l’Université d’Ottawa, Joseph Moran y reste pour effectuer son Doctorat en synthèse organique. Il se tourne ensuite vers la chimie-biologie au Conseil National de Recherche du Canada avant de déménager au Texas afin de travailler en catalyse de métaux en transition pour un post-doctorat. Il rejoint Strasbourg en septembre 2012 afin de diriger le laboratoire de catalyse chimique.

.« Strasbourg est un lieu historique dans le domaine de la chimie, les opportunités y sont nombreuses notamment grâce aux « Laboratoires d’Excellence » (LabEx) et aux subventions « Initiatives d’Excellence » (IdEx). Cet environnement propice à la recherche est le meilleur moyen de repousser ses propres limites et ainsi de faire partie des meilleurs.

La réputation internationale de la chimie à Strasbourg m’a intrigué, les membres séniors de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires présentent des prouesses dans leurs résultats de recherche. En tant que jeune scientifique, avoir de pareils collègues est une expérience inspirante. Pour moi, la chimie est importante dans tous les aspects de notre vie.

Nous « sommes » chimie !

h

Dans mes recherches, je suis en général intéressé par la façon dont les concepts complexes peuvent être reliés à la catalyse et à la synthèse de composants organiques. Nous avons développé de nouvelles méthodes de sélection dites de « screening » de catalyseurs à partir de mélanges complexes de composants catalytiques. De cette façon, nous avons découvert un grand nombre de nouveaux catalyseurs et de transformations chimiques intéressants. Dans certains cas, nous n’avons pas tout à fait compris comment ces nouvelles découvertes fonctionnent, donc découvrir leurs mécanismes chimiques est une autre partie importante du travail.

Nous nous intéressons également à l’origine de la vie avec une approche originale synthétique et notre expertise catalytique. Nous avons récemment commencé un programme de recherche pour essayer de créer une séquence cyclique de réactions chimiques qui ressemble au métabolisme biologique. Le projet était financé par l’« ERC Starting Grant » (subvention européenne). J’espère que ce travail permettra d’apporter des réponses nouvelles sur l’origine de la vie. »

Des portraits de chercheurs