Des polymères biosourcés pour des matériaux verts

L’équipe de Luc Avérous de l’Institut de Chimie et Procédures pour l’Energie, l’Environnement et la santé (ICPEES) travaille en étroite collaboration avec la société Soprema et la société PSA dans l’élaboration de nouveaux polymères biosourcés.

Les ressources renouvelables ont, depuis quelques années, éveillé un intérêt tout particulier dans les domaines de la chimie et dans les applications possibles des polymères. Nous observons un essor de matériaux polymères « verts », respectueux de l’environnement. Les isocyanates sont les éléments de base dans la synthèse des polyuréthanes. Malheureusement ceux-ci sont toxiques, certains sont cancérigènes, une exposition répétée peut causer des problèmes respiratoires graves et incurables.

Le laboratoire de recherche de Luc Avérous de l’Institut de Chimie et Procédures pour l’Energie, l’Environnement et la Santé (CNRS/Université de Strasbourg) collabore fructueusement avec deux sociétés internationales : Soprema, leader mondial de l’étanchéité du bâtiment, et PSA (Peugoet-Citroen-France). Ce projet de la région Alsace et de l’Eurométropôle de Strasbourg a permis à ces trois structures d’unir leurs forces afin de développer une nouvelle génération de matériaux polyuréthanes. Ainsi, grâce à ce projet la société Soprema souhaite réduire de 65% sa dépendance aux produits pétrosourcés.

Très prochainement, de nouveaux polyuréthanes, issus de différents types de biomasses et sans isocyanate seront industrialisés grâce à cette collaboration, en remplacement des polyuréthanes classiques résultant de ressources fossiles non renouvelables. Avec des propriétés améliorées et une excellente tenue dans le temps, les secteurs de l’automobile et du bâtiment sont très intéressés. En effet, ils pourraient être utilisés pour élaborer des membranes d’étanchéité durable ou encore des isolations pour les toits.

Le but de cette étude est de se focaliser sur l’estérification de la lignine avec un acide gras chloré dans un système en deux étapes sans solvant et sans catalyseur pour développer un nouveau polyol. Ce nouveau polymère avec une architecture contrôlée présente des propriétés avancées. Ces polyuréthanes représentent un des plus important matériaux polymériques. Ils peuvent varier des matériaux thermoplastiques ou thermodurcissables avec de nombreuses applications comme les mousses flexibles, les élastomères thermoplastiques, autocollants, revêtements.

Référence

Original polyols based on organosolv lignin and fatty acids: new bio-based building blocks for segmented polyurethanes synthesi. Laurichesse S., Huillet C., Avérous L.

Green Chemistry 19 juin 2014DOI: 10.1039/C4GC00596A

Des avancées scientifiques de pointe